Skip to main content

Partager cet article

15.05.2022 - 16:26

Résultats des votations du 15 mai 2022

Réactions de la CNCI, de l'UNAM et de la CIN

Le verdict des urnes est tombé, en ce dimanche 15 mai. La Chambre neuchâteloise du commerce et d’industrie (CNCI), l’Union neuchâteloise des arts &  métiers (UNAM) et la Chambre immobilière neuchâteloise (CIN) reviennent sur les résultats de trois des objets de votation soumis aux Neuchâtelois.e.s

OUI à Frontex

Le Directeur de la CNCI, Florian Németi, déclare : « Pour les milieux économiques, la situation était claire: la participation de la Suisse à Schengen revêt une grande importance pour la sécurité et l’économie. Dire NON à Frontex aurait signifié la fin de l’accord de Schengen. ». Damien Cottier, Président de l'UNAM, abonde dans le sens du Directeur de la CNCI : « Renforcer Frontex, c'est renforcer la sécurité de la Suisse. Renforcer Frontex, c’est aussi donner des perspectives aux branches de l’hôtellerie et de la restauration ainsi qu’aux branches qui en découlent. Ce OUI à Frontex-Schengen permet de préserver les relations entretenues avec l’UE, de garantir la liberté de circulation en Europe et de bénéficier d’une collaboration transfrontalière entre les services de police. 72.3% des Neuchâtelois sont de cet avis aujourd’hui.»

Acceptation du contre-projet à la Cour des Comptes

Florian Németi déclare : « En 2017, la CNCI avait suggéré un débat sur la cour des comptes. Sur la base de cette idée, Le Centre (ex-parti du PDC) avait lancé l’initiative "Pour la création d’une Cour des comptes ». Cette dernière a eu le mérite de pousser le Conseil d’Etat à proposer un contre-projet. La première copie du Conseil d’Etat a considérablement été remaniée. Le contre-projet répond en grande partie aux objectifs de la Cour des comptes et occasionnera peu de frais supplémentaires au Canton de Neuchâtel. Le contre-projet est une réponse proportionnée à la question soulevée par la CNCI. Plus des deux tiers des Neuchâtelois sont de cet avis aujourd’hui. ».  Damien Cottier : « Le consensus trouvé au Grand Conseil est intelligent. La balle est désormais dans le camp des Députés qui doivent assumer ce rôle supplémentaire fixé dans le contre-projet. J’observe de loin le fonctionnement de la Cour des comptes dans le Canton de Vaud et de Genève. J’observe aussi le fonctionnement du Contrôle fédéral des finances. Nous assistons presqu’à la naissance de quatrièmes pouvoirs, ce qui n’est pas sans poser problèmes. La solution neuchâteloise est subtile.» 

Initiative cantonale POP « Pour une fiscalité équitable » refusée

57.8% des citoyens neuchâtelois ont refusé l’initiative fiscale du POP. Sur la base de ce résultat, Florian Németi déclare :  « Alors que seuls 7% des contribuables étaient concernés par l’initiative fiscale du POP, une majorité confortable dans le canton s’est dégagée contre ladite initiative. Cela démontre que l’initiative était extrême et que les citoyens ne s’en sont pas laissés conter par les initiants. Avec cette initiative, le Canton de Neuchâtel avait beaucoup plus à perdre qu’à gagner.». Damien Cottier est aussi satisfait : « Ce résultat traduit aussi une confiance de la population envers le Conseil d’Etat fortement engagé contre cette initiative. Neuchâtel doit jouer la carte de l’attractivité résidentielle. Tous y ont à gagner : les citoyens, l’économie et les autorités. Il faut poursuivre sur ce succès et tout entreprendre maintenant pour que les rapports soumis au Grand Conseil soient systématiquement vus sous l’angle de l’attractivité. ». De son côté, Isabelle Augsburger, Présidente de la CIN, complète les propos de la CNCI et de l’UNAM : « La Chambre immobilière neuchâteloise est rassurée. Dans la précédente réforme fiscale, les milieux immobiliers avaient consenti à un effort considérable en acceptant l'élargissement de l'assiette de l'impôt foncier. Une taxation supplémentaire sur la fortune aurait été une immense frustration. Nous sommes soulagés. »