Skip to main content

Partager cet article

11.02.2021 - 09:12

Votations fédérales du 7 mars 2021

OUI au partenariat économique avec l’Indonésie

En décembre 2018, la Suisse a signé – avec les autres membres de l’AELE (Islande, Liechtenstein et Norvège) – un accord de partenariat économique de large portée avec l’Indonésie. L’accord accroît la sécurité juridique et permet une meilleure planification pour les entreprises suisses, tout comme il renforce la coopération entre la Suisse et l’Indonésie. Le Parlement a approuvé cet accord. Le référendum lancé contre l’accord ayant abouti, les citoyens suisses seront appelés à s’exprimer sur ce sujet le 7 mars 2021.

Les concessions douanières ont été fixées de façon à permettre aux principales branches exportatrices suisses de bénéficier de l’accord, autrement dit aussi bien l’industrie que la filière agroalimentaire. En contrepartie, la Suisse accordera à l’Indonésie la franchise douanière sur les produits industriels. Les concessions douanières consenties dans le domaine agricole sont globalement comparables à celles d’autres accords de libre-échange de même type et ne menacent pas l’agriculture suisse.

L’accord est considéré comme extrêmement progressiste. Il contient un chapitre très complet sur le développement durable, avec des règles (p. ex. au regard de l’huile de palme) que l’Indonésie n’a encore conclues avec aucun autre partenaire commercial. Ces dispositions sont contraignantes sur le plan du droit international et favorisent les perspectives de développement de l’Indonésie dans le domaine de la durabilité. L’importance stratégique pour l’économie suisse ne tient pas qu’à la substance de cet accord commercial. En cette période économique difficile, il confère en effet à notre industrie d’exportation un précieux avantage sur la concurrence européenne, qui n’a pas encore conclu de tel accord.

En plus d’éliminer des droits de douane élevés, l’accord renforce la protection de la propriété intellectuelle, supprime des obstacles techniques au commerce, facilite le commerce des services et accroît la sécurité des investissements.

Ce vote référendaire sur un accord commercial ne sera que le deuxième dans l’histoire de la Suisse (le premier ayant été l’adhésion de notre pays à l’EEE en 1992). Une acceptation permettrait un accès avantageux au marché indonésien et renforcerait l’un des piliers de la politique économique extérieure de notre pays, à savoir les accords bilatéraux de libre-échange. La Suisse et les entreprises helvétiques sont des leaders dans de nombreux domaines du développement durable. Une acceptation permettrait à la Suisse de contribuer activement et pour longtemps au développement économique, social et écologique durable de l’Indonésie.

En 2019, les importations en Suisse provenant de l’Indonésie s’élevaient à CHF 366 millions, composées à 48% de textiles, habillement et chaussures, 14 % de produits issus de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche et 11 % des machines, appareils et électroniques. En termes d’exportations, la valeur totale se montait à CHF 488 millions, dont 40 % de produits de l’industrie chimique et pharmaceutique et 36 % de machines appareils et électronique

La CNCI soutien l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, car il ouvre d’intéressantes perspectives à l’économie suisse sur un marché en pleine croissance. En 2019, les entreprises neuchâteloises ont exporté pour CHF 5.2 millions à destination de l’Indonésie. Les importations se sont montées à CHF 1.8 millions. Cet accord améliore l’accès au marché indonésien et empêche une discrimination de nos entreprises.