Skip to main content

Partager cet article

17.09.2020 - 15:00

Assemblée générale 2020 de l'UNAM

L’Assemblée générale de l’UNAM a eu lieu au Chalet à Cortaillod, le 17 septembre. Quasiment toutes les associations étaient représentées. Jean-Claude Baudoin, Président, a remercié Raphaël Gambarini pour son activité au sein du Comité de l’UNAM pendant 11 ans. Jean-Claude Baudoin a également annoncé que les Parlementaires Philippe Bauer et Damien Cottier seraient dorénavant invités aux séances du Comité de l’UNAM. Au cours de cette manifestation, Fabien Zennaro a présenté les premières maquette de la plateforme de l’UNAM qui a comme ambition de présenter les 1000 entreprises membres des 18 associations de l’UNAM. Synthèses de diverses interventions.

Feedbacks du terrain

Pour Flavio Di Marco, Président de l’Association cantonale Neuchâteloise des Entreprises de Plâtrerie-Peinture (ANEPP), les entreprises ont dû rapidement se familiariser avec les RHT. La situation actuelle au niveau des mandats est relativement satisfaisante. L’ANEPP relève la qualité du travail du Service de l’Emploi tout au long de la crise. Laurence Veya, co-présidente de GastroNeuchâtel observe que les restaurateurs ont vécu une timide reprise en mars et avril, puis ont bénéficié de l’arrivée des touristes de Suisse allemande. Le beau temps a bien aidé le secteur de la gastronomie. GastroNeuchâtel est inquiet pour le tourisme d’affaires ; il y a beaucoup moins de repas d’affaires. En raison des conséquences pandémiques sur l’économie, Olivier Haussener, Président de la Fédération Neuchâteloise des Entrepreneurs (FNE), craint une baisse significative du volume des commandes. Les reports ou suppressions d’investissements dans l’industrie sont d’ores et déjà avérés et le calendrier politique (élections communales 2020 et cantonales 2021) peut représenter un frein dans la mise en route et la réalisation de projets publics. Le Président de la FNE s’exclame : « Ce n’est pas d’un repli que nous avons besoin, mais bien d’une relance ! ». Freddy Frank de l’Association Neuchâteloise des Maîtres-Bouchers explique que le COVID n’a pas stoppé les bouchers dans leur travail et que ces derniers se sont rapidement adaptés aux prescriptions sanitaires : distances, plexis, désinfection des mains et limitation des clients présents dans les magasins. Le représentant des bouchers reconnaît que ses confrères ont bien travaillé tant que les frontières étaient fermées au tourisme d’achat.

Pierre-Daniel Senn, Président de la section neuchâteloise de L’Union professionnelle suisse de l’automobile, observe que le nombre de garages tend régulièrement à baisser (de 120 en 2000 à 70 en 2020). Il s’agit d’un mouvement de fond qui se poursuit. Jusqu’à aujourd’hui, les garagistes neuchâtelois ont pu vendre leur fonds de commerce, une fois arrivés à l’âge de la retraite (cette diminution s’est faite sans dégâts). La restructuration économique de l’horlogerie et le COVID peuvent accélérer les choses, si bien qu’il y a à craindre que les garagistes soient contraints de liquider avec pertes. Pour le CO2, la loi actuelle prévoit des pénalités de CHF 500 à 800 millions par an (estimation du groupe Frey) pour les dépassements des valeurs limites (soit CHF 2000.- à 3000.- par véhicule neuf); la nouvelle loi ajoute des taxes et augmente les pénalités actuelles ; tout cela ralentit encore la marche des affaires et accélère les restructurations et leurs coûts.

 

Interventions des special guests

Alexa Krattinger de l’USAM se montre critique par rapport à la lenteur des tests et le délai des quarantaines. Les tests doivent être faits aussi vite que possible et les quarantaines réduites. Pour l’USAM, il s’agit de continuer à alléger les coûts de la réglementation et de pouvoir monitorer la charge administrative des PME. Laurent Kurth, Conseiller d’Etat, remercie les entreprises pour leur capacité de résilience. Il souligne l’objectif du Gouvernement, avec les mesures de soutien décidées au printemps, de retrouver tout le monde après le choc. Il estime que les coûts du COVID s’élèveraient à CHF 100 millions pour 2020 et autant pour 2021. Il réitère la volonté du Gouvernement d’aller au bout des réformes fiscales votées en mars 2019. Par rapport aux mesures pour les manifestations privées de plus de 30 personnes (qui concernent notamment les événements d’entreprises), le Ministre de la Santé souligne le rôle du SCAV : INFORMER et CONSEILLER les organisateurs. Damien Cottier, Conseiller national, rappelle que les arts et métiers et les entreprises en général sont au cœur des préoccupations des parlementaires, en particulier en cette période de lutte contre les conséquences économiques du COVID-19, mais aussi à travers de nombreux autres dossiers ayant des conséquences sur les entreprises. Il invite l’UNAM et ses associations à ne pas hésiter à relayer leurs préoccupations et les problèmes qu’elles rencontrent. Il lance à l’Assemblée : « Il faut se parler pour ne pas être déconnectés ! ».