Skip to main content

Partager cet article

01.12.2022 - 10:00

Le covoiturage a doublé en 10 ans dans l’Arc jurassien franco-suisse.

Entretien avec Mireille Gasser, Secrétaire générale d’arcjurassien.ch

covoiturage-arcjurassien.com entame sa 12ème année d’existence. Le dispositif associe 18 partenaires suisses et français. Il promeut le covoiturage dans une région de moyenne montagne partageant 230 km de frontière franco-suisse. Cette solution de transport pallie la maigre desserte en transports publics. Le dispositif regroupe actuellement plus de 180 entreprises participantes (42’000 collaborateurs) réparties sur l’ensemble de l’Arc jurassien. Lors de la remise des prix du Challenge covoiturage de l’Arc jurassien franco-suisse à Chézard à la fin octobre 2022, il a été annoncé que les entreprises participant au dispositif allaient être sollicitées financièrement pour la période 2023-2026. Jusque-là, le dispositif était entièrement financé par les pouvoirs publics. Mireille Gasser, Secrétaire générale d’arcjurassien.ch, répond à nos questions.

Si vous disposiez de 15 secondes pour décrire le covoiturage, que diriez-vous ?

C’est une solution de transport innovante, humanisée, flexible et conviviale qui se développe rapidement et qui connait actuellement un regain d’intérêt, en raison notamment de la hausse du prix de l’essence et de la crise climatique. Il s’agit de la solution idéale sur des territoires ruraux et mal desservis en transports publics, particulièrement ceux avec un tissu économique riche et diversifié comme l’Arc jurassien.

Quels sont les avantages du covoiturage pour les entreprises et pour leurs collaborateurs ?

La pratique du covoiturage est bénéfique à la fois pour les covoitureurs et les entreprises. Du côté des pendulaires, le covoiturage signifie moins de stress au volant, moins d’engorgement sur les routes, plus de convivialité dans la voiture et une réduction des coûts bienvenue en cette période de renchérissement généralisé. Pour les entreprises, le bénéfice est également au rendez-vous : des employés moins fatigués, plus détendus mais aussi une pression moins forte sur les parkings d’entreprises et une contribution bienvenue à la lutte contre le réchauffement climatique, un gain d’image appréciable pour les entreprises.

Sous l’impulsion d’arcjurassien.ch, comment s’est développé le covoiturage dans le Canton de Neuchâtel depuis sa création ?

Le covoiturage a doublé en 10 ans dans l’Arc jurassien franco-suisse. Environ 25 % des 42'000 collaborateurs des 180 entreprises partenaires du projet covoiturent. En moyenne, ce sont 6'500 km en moins pour un covoitureur régulier, CHF 2'400.- d’économisés et plus d’une tonne de CO2 qui n’est pas rejetée dans l’atmosphère.

Que proposez-vous concrètement aux entreprises ?

En adhérant au dispositif, les entreprises bénéficient d’un certain nombre de prestations et d’outils clé en main à destination de leurs collaborateurs. Les prestations offertes incluent notamment des animations de sensibilisation au covoiturage et aux autres mode de mobilité durables ; une mesure du potentiel de covoiturage de l’entreprise, un bilan auto-évaluation indiquant des pistes générales d’action et de mesures de mobilité à entreprendre pour faire évoluer positivement la gestion de la mobilité. D’autres événements, tels que des échanges d’expériences entre responsables de la mobilité ou des webinaires sur des sujets spécifiques sont organisés pour favoriser les bonnes pratiques en matière de mobilité.

Enfin, le Challenge covoiturage est un évènement annuel organisé dans le cadre du projet Covoiturage de l’Arc jurassien, qui a pour objectif de faire découvrir la pratique du covoiturage dans les entreprises. C’est un concours ludique et simple qui récompense la pratique du covoiturage et permet de valoriser l’implication des entreprises dans la recherche de solutions alternatives à l’autosolisme. Cette année ce sont 2450 personnes qui ont participé à ce concours qui s’est déroulé sur 5 jours ouvrables de septembre. L’équipage vainqueur a gagné l’équivalent d’une année d’essence.

Malgré les services proposés, comment se fait-il que certains collaborateurs continuent à voyager tout seuls dans une voiture ?

Certaines habitudes sont profondément ancrées. Selon le lieu d’habitation et les horaires décalés, il peut y avoir des raisons, objectivement bonnes ou non, à ne pas covoiturer. Ainsi, une recommandation à l’attention des entreprises qui souhaitent encourager le covoiturage est de mettre à disposition un véhicule « de secours » en cas d’urgence. De fait, cette mesure est hautement appréciée par les employés, qui sont rassurés de savoir qu’en cas de besoin il y a une solution de retour. Dans la pratique cependant, on constate que ce véhicule est rarement sollicité. Cela montre toute l’importance d’accompagner le covoiturage par des incitations positives.

Jusqu’à aujourd’hui le dispositif de covoiturage était gratuit pour les entreprises ? Qu’est-ce qui vous incite à demander aux entreprises une participation financière ? Et quelles sont les conditions pour  accéder à vos services ?

Après plus de 10 ans de gratuité pour les entreprises et leur personnel, les cantons et les associations régionales qui soutiennent ce dispositif estiment qu’une contribution du secteur privé s’avère désormais indispensable pour ancrer le dispositif dans la durée. Considérant que l’essentiel de l’effort doit rester assumé par les collectivités publiques, les partenaires ont retenu des montants visant à couvrir environ 20% des coûts effectifs du programme. La grille tarifaire est basée sur le nombre de collaborateur.trice.s par site : CHF 300.- par an jusqu’à 50 collaborateurs, CHF 400.- par an de 51 à 250 collaborateurs, CHF 500.- par an de 251 à 500 collaborateurs et CHF 1.-/collaborateur.trice par an dès 501 collaborateur.trice.s.

Qu’est-ce qui distingue Blablacar de covoiturage-arcjurassien.com ?

Blablacar cible avant tout le covoiturage de moyenne et longue distance et de loisir. Le projet Covoiturage Arc jurassien cible exclusivement les déplacements pendulaires domicile – travail.

Où le covoiturage a-t-il encore du potentiel dans le Canton de Neuchâtel? Et qu’envisagez-vous d’entreprendre pour acquérir de nouvelles entreprises ?

Historiquement, le projet s’est développé dans les Montagnes puis dans les Vallées. Les entreprises du Littoral feront l’objet d’une attention particulière en 2023. Une de nos principales difficultés est d’arriver à identifier, au sein des entreprises, les bonnes personnes en charge des questions de mobilité. 

Pour "finir", le covoiturage, c'est quoi encore?

Des moments de convivialité partagée, des histoires drôles pour faire passer le temps dans les bouchons et des petites siestes quand c’est au tour du coéquipier de conduire.

Plus d'informations sur de covoiturage-arcjurassien.com