Skip to main content

Partager cet article

25.10.2021 - 10:59

Retour en images et en textes de la rencontre de Guy Parmelin avec l'économie neuchâteloise

« Attractivité des Montagnes neuchâteloises : en route vers un avenir radieux ? » c’est sous ce titre que les associations économiques neuchâteloises ont convié des représentants des milieux économiques, politiques et des médias à discuter avec le président de la Confédération et chef du DEFR M. Guy Parmelin jeudi 21 octobre passé au Club 44 à La Chaux-de-Fonds. Près de 170 personnes ont participé à cet événement. AVEC SON OBJECTIF, STEFANO IORI A SAISI 42 MOMENTS DE CETTE JOURNEE PARTICULIERE.

Quel rôle jouent les entreprises pour l’attractivité des Montagnes et de quelles conditions-cadre ont-elles besoin pour se développer? Quelle est l’importance de l’économie neuchâteloise pour la Suisse et comment peut-on renforcer la richesse créée sur place? Comment peut-on assurer un avenir radieux à cette région en la rendant plus attractive ? Autant de question qui ont occupé les intervenants invités par l’AIP, l’apiah, la CIN, la CNCI, la Convention patronale de l’industrie horlogère, la FER Neuchâtel, la FNSO et l’UNAM.

Damien Cottier, conseiller national et président de l’Union neuchâteloise des arts & métiers (UNAM) a souligné que le canton devait réfléchir « à l’ensemble de ses conditions cadre pour redevenir plus attractif », de bonnes infrastructures notamment de transport en font partie a-t-il insisté en lien avec la votation cantonale du 28 novembre sur le contournement Est de la Chaux-de-Fonds (H18) : « une décision stratégique d’importance cantonale en grande partie financée par des fonds fédéraux ».

Philippe Bauer, conseiller aux Etats et président de la Convention patronale de l’Industrie Horlogère et de la Fédération neuchâteloise des associations professionnelles du Second œuvre (FNSO) a rappelé qu’en particulier depuis le début de la crise du COVID, les principales associations économiques du canton se sont coordonnées sous l’égide de l’AENE afin de réunir leur force et d’être un partenaire et interlocuteur fort des autorités politiques. « Il est en effet important que l’économie parle autant que possible d’une voix unie » a-t-il ajouté. Ce sont les mêmes associations qui ont organisé l’événement du jour pour dialoguer avec le président de la Confédération et chef du DEFR sur l’avenir économique du canton.

Théo Bregnard, Président du Conseil communal de La Chaux-de-Fonds a expliqué qu’un développement économique était évidemment essentiel pour rendre possible un avenir radieux aux Montagnes neuchâteloises. Il a aussi déclaré : « Si le facteur économique n'est plus suffisant pour assurer la prospérité d'une région, il n'en demeure pas moins capital dans les dynamiques positives qu'on attend pour notre région. »

Hervé Froidevaux, partenaire de Wüest Partner, s’exprimant sur le potentiel d’attractivité des Montagnes neuchâteloises, a expliqué que l’attractivité d’une région se mesurait à sa capacité à accueillir talents, investisseurs et visiteurs. En posant la question : « Que faut-il aux Montagnes Neuchâteloises pour retrouver un nouveau dynamisme? », il a répondu :  « Elles doivent se rapprocher du reste de la Suisse pour une meilleure mobilité, favoriser le retour de certaines industries et de leurs décideurs dans leur tissu spécialisé dans la microtechnique, profiter de leur climat frais et naturel pour attirer de nouveaux habitants et mieux miser sur la culture, la nature et l’urbanisme horloger dans leur offre touristique. Avant tout, les Montagnes Neuchâteloises doivent croire en elles! »

Manuela Surdez, co-fondatrice, directrice et administratrice de Goldec SA à La Chaux-de-Fonds et présidente du CA de Felco SA aux Genevey-sur-Coffrane a mis en évidence les atouts suivants: formation duale, bon dialogue entre le patronat et le syndicat et diversité du bassin de la microtechnique. Elle s’est inquiétée de la pénurie de personnel qualifié. Manuela Surdez encourage la concertation entre les autorités politiques et les PME. En ce qui concerne les normes environnementales et éthiques, elle souhaite plus de soutien pour accompagner les PME.

Marc Schuler, directeur de DIXI Polytool SA au Locle a mis en avant le cadre fiscal compétitif pour les personnes morales, la qualité de la formation dans le canton et le soutien de l’Etat aux entreprises tout au long de la pandémie. Il a déclaré : « L’environnement est favorable à l’innovation et la création. Il peut être encore être renforcé. ». Il voit des potentiels d’amélioration dans la numérisation : 5G, stratégie nationale de cybersécurité. Il s’est inquiété de la situation par rapport à l’accord-cadre et il a déclaré « Le refus de signer l’accord-cadre avec l’UE est une catastrophe pour l’économie et la recherche. C’est surtout le fait d’être sans plan B et donc dans l’incertitude qui est pénalisant. Dans la durée (érosion lente) la Suisse pourrait devenir un pays de 3ème zone ».

Laurent Favre, président du Conseil d’Etat et chef du Département du développement territorial et de l’environnement a présenté la stratégie du gouvernement pour une croissance qualitative du canton et notamment des Montagnes neuchâteloises. Il a souligné « l’importance de l’accessibilité des Montagnes par le rail et la route », rappelant que « les investissements majeurs prévus dans le cadre de « mobilité 2030 » (ligne directe, ligne des horlogers, tunnels de contournement du Locle et de La Chaux-de-Fonds) sont seuls capables de renforcer l’attractivité résidentielle et économique des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds ». Il a relevé que le vote cantonal du 28 novembre sur le projet de contournement Est de la métropole horlogère (H18) « s’inscrit pleinement dans la stratégie mobilité 2030, dont il est la pièce manquante ». Il a aussi rappelé qu’« il n’y a pas d’alternative crédible à ce projet, largement cofinancé par des contributions fédérales ». L’objectif du gouvernement est de « renforcer la qualité de vie dans l’ensemble du canton et d’exploiter le potentiel des pôles de développement économiques notamment au Crêt du Locle, à Boudry et à La Tène ».

Guy Parmelin, président de la Confédération et chef du DEFR, a rappelé que « le canton de Neuchâtel est un important contributeur des exportations du pays. Cela s’explique par l’importance de son secteur manufacturier qui en fait le 2e canton le plus exportateur de Suisse. » Il a salué « le dynamisme neuchâtelois et la capacité du canton à se remettre en question et à se diversifier » comme il a su le faire depuis la crise horlogère. Il a aussi souligné l’importance cruciale d’institutions de recherche et développement : « Le succès économique que connaît l’Arc jurassien, à l’instar d’ailleurs de la région de Neuchâtel et de la Suisse dans son ensemble, est dû aussi bien à la recherche de pointe qu’à ses applications pratiques. » soulignant que la Confédération mettait une priorité sur le soutien aux centres de compétences technologiques d’importance nationale comme le CSEM basé à Neuchâtel.

Emmanuel Raffner, président de la CNCI, a notamment expliqué que tous les acteurs politiques et économiques étaient en phase sur l’importance de maintenir les conditions cadre et de renforcer ce socle qui constitue un héritage. Il observe cependant que, très régulièrement, des initiatives émergent et les mettent en péril. Le Président de la CNCI pense utile non seulement de poursuivre l’effort pédagogique pour les faire comprendre à l’ensemble des concitoyens — car il ne s’agit pas de défendre des intérêts particuliers — mais bien de défendre, protéger et sécuriser l’avenir de tous. Emmanuel Raffner a aussi rappelé que des transformations étaient à opérer dans les entreprises, notamment dans les domaines du développement durable, de la responsabilité sociale et environnementale, de l’égalité salariale et de la digitalisation. Selon Emmanuel Raffner, ces transformations constituent des opportunités pour améliorer l’attractivité des sociétés suisses à l’international. Au terme de son intervention, le Président de la CNCI a encouragé les Neuchâteloises et Neuchâtelois à dire OUI au contournement Est de la Chaux-de-Fonds (H18), le 28 novembre.